منتدى الطلاب و الطالبات الجامعيين من فاس الى مراكش
المنتدى يحتاج الى مراقبين و مشرفين

شارك في المنتدى الفرعي الذي تود أن تكون المشرف فيه . و شكرا
منتدى الطلاب و الطالبات الجامعيين من فاس الى مراكش

Universités marocaines, cours, examens, informations, nouvelles, droit, économie, lettres, philosophie, sociologie, étudiants de marrakech, faculté de droit français et l'économie, sciences humains

نطلب من كل طالب يتوفر على الجديد أن ينشره على الموقع و شكرا ليكن علم جميع طلبة الفصل الخامس علم الاجتماع فاس سايس أن الامتحانات ستنطلق من يوم الاثنين 09/01/2012 و حظ سعيد للجميع بالتوفي و النجاح
نطلب من طلبة كلية العلوم الانسانية فاس سايس و خصوصا طلبة علم الاجتماع اخبارنا بكل جديد يخص الامتحانات و الدروس . و ندعوهم للمشاركة المكثفة في الموقع

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم, أنت لم تقم بتسجيل الدخول بعد! يشرفنا أن تقوم بالدخول أو التسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى

L'ile au tresor

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

1 L'ile au tresor في السبت 28 مايو - 12:00

L'Île au trésor

Pour les articles homonymes, voir L'Île au trésor (homonymie).
L'Île au trésor


Treasure Island, couverture d'une édition de 1911
________________________________________
Auteur Robert Louis Stevenson

Genre Roman d'aventure
Titre original Treasure Island
Éditeur original Young Folks
Pays d'origine Écosse

Date de parution originale 1er octobre 1881

L'Île au trésor (Treasure Island) est un roman d'aventures écrit par Robert Louis Stevenson qui parut d'abord dans le magazine Young Folks du 1er octobre 1881 au 28 janvier 1882 sous forme d'épisodes signés « Captain George North ». La parution en volume intervint en 1883, après que Stevenson eut apporté de nombreuses modifications à son texte1.
Sommaire
[masquer]
• 1 Résumé
• 2 Genèse de son « premier livre »
o 2.1 Stevenson à 29 ans
o 2.2 Stevenson en Californie
o 2.3 Vision littéraire
• 3 Adaptations
o 3.1 Cinéma
o 3.2 Série
o 3.3 Jeux vidéo
o 3.4 Roman
o 3.5 Bandes dessinées et Livres Illustrés
• 4 Extrait
• 5 Influences
• 6 Bibliographie
• 7 Notes et références
• 8 Voir aussi
o 8.1 Liens externes

Résumé[modifier]


Jim, caché dans le baril de pommes, surprend une conversation entre les pirates
Le récit est celui de Jim Hawkins, fils d’un tenancier de l'auberge « L'Amiral Benbow » dans un port anglais au XVIIIe siècle. Un jour, un vieux loup de mer nommé Billy Bones débarque à l'auberge et s'y installe. Jim est fasciné par le marin colérique, violent et ivrogne; d'autant qu'il semble peser sur ce dernier une obscure menace.
Celle-ci se précise lorsque Pew, un mystérieux aveugle, remet à Billy Bones « la tache noire », annonciatrice de mort dans le monde des pirates. Alors que les heures de Billy Bones sont comptées, il meurt, foudroyé par une crise d'apoplexie, tandis qu'au même moment, le père de Jim meurt d'une grave maladie.
En ouvrant le coffre du pirate, Jim et sa mère découvrent une carte indiquant la cachette d’un fabuleux trésor que la bande du fameux capitaine Flint a enfoui dans une île déserte.
Avec l’aide du docteur Livesey et du châtelain Trelawney,un navire baptisé l'Hispaniola est affrété pour partir à sa recherche.
Au cours de la traversée, Jim surprend une conversation entre le cuisinier, un personnage pittoresque à jambe de bois appelé Long John Silver, et des hommes d'équipage : il apprend ainsi que la plupart des marins à bord de l'Hispaniola font partie de la bande de Flint et qu'une mutinerie se prépare pour s'emparer du trésor.
Jim avertit ses amis du danger qui décident de ne pas agir avant d'être à terre tout en restant sur leurs gardes.
Lorsque l’île est atteinte, la lutte s’engage entre les deux groupes. Divers épisodes plus indécis les uns que les autres se déroulent (dans lesquels apparaît Ben Gunn, un pirate abandonné sur l'île par le capitaine du bateau sur lequel il se trouvait), et pour finir le trésor tombe entre les mains des gentils hommes de naissance. L'Hispaniola reprend la mer avec sa précieuse cargaison et finit par regagner l'Angleterre, non sans que Long John Silver ait réussi à s'enfuir avec un sac de pièces d'or extraites du trésor lors d'une escale.
Genèse de son « premier livre »[modifier]
Stevenson à 29 ans[modifier]
En 1879, Stevenson est considéré comme une étoile montante au sein du milieu littéraire. Ses œuvres se limitent à l'époque à deux récits de voyage — An Inland Voyage (1878) et Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879) — ainsi qu'à une poignée de nouvelles et ne lui ont pas encore valu de s'attirer la faveur du grand public. Des succès d'estime donc, pour ce passionné d'écriture et de littérature, mais qui ne lui permettent pas encore de vivre de sa passion. Issu d'un milieu plutôt aisé, il ne doit son relatif confort financier qu'à la situation de son père, Thomas Stevenson, célèbre ingénieur bâtisseur de phares dans toute l'Écosse. Mais cette dépendance financière envers son père2 se dresse bien souvent comme un obstacle à sa liberté, Thomas n'hésitant pas à recourir à ce levier pour faire plier son fils à ses exigences.
Sur le plan sentimental, Stevenson vit une relation avec une artiste-peintre américaine, Fanny Osbourne, rencontrée en 1876 lors d'un séjour en France à Grez. Relation pour le moins compliquée à l'époque, puisque la belle, âgée de dix ans de plus que lui, est mariée, mère de deux enfants, Isobel et Lloyd, et vit séparée de son mari demeuré aux États-Unis.
Lorsqu'en août 1878 Fanny repart avec ses enfants en Californie auprès de son mari, Stevenson reste seul et le monde semble s'écrouler autour de lui. Une année passe, durant laquelle il s'efforce de surmonter sa peine et vivre loin de l'être aimé, mais rien n'y fait : le 7 août 1879, n'y tenant plus, il embarque presque sur un coup de tête à bord d'un bateau d'émigrants pour l'Amérique afin de rejoindre Fanny.
Stevenson en Californie[modifier]
Au terme de plus de trois semaines de voyage3, Stevenson retrouve Fanny à Monterey, dans un état de santé déplorable : toux, fièvre et eczéma4. Mais côté finances, il ne peut compter que sur lui, même ses amis — W. E. Henley, Sidney Colvin (en) et Edmund Gosse — font la sourde oreille à ses appels au secours. Persuadés que Stevenson se fourvoyait dans cette relation avec Fanny, qu'il gâchait son talent, ils s'appliquèrent, sur la suggestion d'Henley, à décourager Stevenson à rester en Californie. Pour ce faire, il fut décidé qu'un minimum d'effort serait fait pour placer ses textes auprès des éditeurs et que l'on répondrait par la négative à ses demandes d'argent sous un prétexte quelconque. C'est donc tant bien que mal que Stevenson survit, économisant autant que possible et gagnant à peine de quoi vivre en rédigeant des articles pour le Monterey Californian, une gazette locale5.
Il tombe gravement malade en mars 1880 et échappe de peu à la mort grâce au dévouement de Fanny à son chevet, laquelle a également pris sur elle d'écrire aux parents de Stevenson pour tenter de les ramener à la raison. Voyant que leur obstination a failli coûter la vie de leur fils, ils cèdent : Thomas l'assure d'une rente et donne sa bénédiction au mariage. Stevenson et Fanny se marient en mai 1880, puis, après deux mois de voyage de noces passés dans une mine d'argent abandonnée6, s'en retournent en Europe au mois d'août.
Vision littéraire[modifier]
De retour en Écosse, Stevenson est désormais un homme nouveau : les choses se sont clarifiées dans sa vie. Enfin marié avec Fanny, il s'est réconcilié avec son père, ce qui, sans pour autant lui fournir son indépendance financière, le met à l'abri du besoin. Mais surtout, le voilà détenteur d'une vision littéraire aboutie, longuement mûrie pendant son exil, qu'il détaille dans un premier essai On the Art of Literature7. Et ce n'est là que la première brique d'une véritable théorie sur la fiction et le roman, qu'il ne cessera par la suite de développer et d'affiner, notamment dans ses essais majeurs qui suivirent A Gossip on Romance8(1882), A note on realism9(1883), A Humble Remonstrance10,11(1884) et On some technical elements of style in literature12(1885).
Selon Michel Le Bris, cette année passée en Californie se révèle capitale dans la vie de Stevenson car c'est à partir de cette expérience qu'il est accepté en tant qu'écrivain13. En témoigne d'ailleurs sa nouvelle Le Pavillon sur la lande (The Pavilion on the Links, 1880), en grande partie développée et achevée en Californie, dont le ton résolument nouveau, bien différent de ses textes précédents, a immédiatement séduit la critique14
Adaptations

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى