منتدى الطلاب و الطالبات الجامعيين من فاس الى مراكش
المنتدى يحتاج الى مراقبين و مشرفين

شارك في المنتدى الفرعي الذي تود أن تكون المشرف فيه . و شكرا
منتدى الطلاب و الطالبات الجامعيين من فاس الى مراكش

Universités marocaines, cours, examens, informations, nouvelles, droit, économie, lettres, philosophie, sociologie, étudiants de marrakech, faculté de droit français et l'économie, sciences humains

نطلب من كل طالب يتوفر على الجديد أن ينشره على الموقع و شكرا ليكن علم جميع طلبة الفصل الخامس علم الاجتماع فاس سايس أن الامتحانات ستنطلق من يوم الاثنين 09/01/2012 و حظ سعيد للجميع بالتوفي و النجاح
نطلب من طلبة كلية العلوم الانسانية فاس سايس و خصوصا طلبة علم الاجتماع اخبارنا بكل جديد يخص الامتحانات و الدروس . و ندعوهم للمشاركة المكثفة في الموقع

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم, أنت لم تقم بتسجيل الدخول بعد! يشرفنا أن تقوم بالدخول أو التسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى

le schema narratif

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

1 le schema narratif في الأحد 24 أكتوبر - 6:20

Admin


Admin
Schéma narratif
Le schéma passif d'un récit est un concept issu de la linguistique structurale, née dans les années 1960. Selon cette théorie, il constitue la structure d'un récit.
Dans le cas d'un récit d'excitement, il est constitué des éléments suivants :
• la situation initiale qui présente les éléments nécessaires à la mise en route du récit et à la compréhension de celui-ci ; dans un récit au passé, les verbes y sont souvent à l'imparfait, la situation du héros n'évolue pas elle reste stable
dit aussi élément déclencheur, qui modifie la situation initiale et fait perdre l'équilibre de cette dernière, cet évènement est souvent raconté au passé simple et est introduit par un connecteur temporel ;
• Péripéties (toutes les actions), qui sont les évènements provoqués par l’élément modificateur et qui entraînent la ou les actions entreprises par les héros pour atteindre son (leur) but ;dans un récit au passé, les verbes y sont souvent au passé simple ou si non on peut dire: les actions s'enchainent ;
• Élément de résolution (dénouement), qui met un terme aux actions et conduit à la situation finale ;
• Situation finale, qui est le résultat, la fin du récit.
Dans certains cas, nous pouvons avoir affaire à des retours en arrière, c'est-à-dire que l'auteur raconte des événements passés et comment ceux-ci ont changé sa vie.
Dans un récit non-excitant, le schéma narratif est généralement constitué des éléments suivants :
• suspects
• coupable
• traque du coupable
• arrestation
• peine
De plus, certaines informations inutiles peuvent être données en réalisant un schéma narratif de type II appelé Schéma transitif, plus simple, dans lequel on reprend les personnages tertiares ou forces agissantes, ainsi que les piliers qui permettront la rédaction du récit :
• Le destinateur : c'est lui qui va pousser le héros (ou destinataire) à entreprendre les péripéties du récit, souvent en introduisant l'élément déclencheur.
• Le destinataire, ou héros : c'est ce personnage qui, suite à l'intervention du destinateur, va faire avancer le récit, par ses actions, qui toutes tendent à obtenir ou à atteindre l'objet.
• L'objet, ou but : c'est l'objectif final à atteindre, marquant le passage des péripéties à la situation initiale. Il peut également être ce qui permet de passer de la première situation sus-citée à la seconde. Il est donc soit de nature matérielle (objet par exemple permettant de vaincre un ennemi) ou de nature narrative (par exemple, victoire sur l'ennemi).
• Les adjuvants : ce sont ceux (ou ce qui) qui aident le destinataire à atteindre l'objet, par de grandes ou petites actions. Il peut s'agir de personnages, d'animaux ou d'objets.
• Les opposants : à l'inverse des adjuvants, ils s'opposent à la quête du héros; mais comme eux, ils peuvent être animés ou pas.
Ce type de schéma peut se représenter plusieurs fois dans un même récit. Alors que le premier schéma narratif proposé est un plan général d'un récit, le second schéma est plus détaillé, et souvent passager. Ainsi peut-on trouver une succession de schémas de type deux dans les péripéties, ou même dans les éléments déclencheurs ou de résolution. De même le schéma narratif n'est pas soumis à la chronologie du récit qui peut commencer, dans le cas d'un roman policier, par l'arrestation, suivie du crime et se terminer par l'enquête.
• Le passage de la situation initiale à l'élément perturbateur se signale souvent par un changement de temps des verbes.

Le schéma narratif est l’ensemble des données fondamentales indispensables pour qu’il soit compréhensible. Il constitue le récit minimum, la charpente de l’histoire. (image)
La situation initiale présente les éléments nécessaires à la mise en route du récit et à la compréhension de celui-ci.
L’élément modificateur ou force perturbatrice change, modifie la situation initiale.
Les péripéties ou transformations sont l’ensemble des événements provoqués par l’élément modificateur et qui entraînent la ou les actions entreprises par les héros pour atteindre son (leur) but.
Les péripéties sont les derniers éléments modificateurs qui mettent un termes aux actions et conduisent à la situation finale.
La situation finale est le résultat, la fin du récit.




Rappel : Imparfait ou passé simple?
Pour raconter au passé, on utilise souvent l'imparfait et le passé simple.

1. Le passé simple sert à désigner les actions des personnages, ce qui fait avancer l'histoire.
C'est le 1er plan du récit.

Ex.: Les marins appelèrent au secours et se jetèrent à la mer .

Les actions au passé simple sont achevées. Elles sont parfois accompagnées d'un indicateur de temps.

Ex. : Pendant un long moment, il resta là.
Ex. : Soudain il retint un cri de joie en sentant une échelle sous ses mains.


2. L'imparfait représente le décor ou les portraits des personnages (temps de la description).
C'est l'arrière plan du récit.

Ex.: La pluie faisait rage.

L'imparfait exprime des actions en train de se dérouler et dont la durée n'est pas précisée.

Ex.: Lukos était debout.

Temps du récit

L'imparfait et le passé simple sont utilisés dans le récit.
=> l'imparfait est le temps de la description, on l'emploie pour exprimer une action passée dont la durée est indéterminée.
ex: La neige tombait.
=> le passé simple est le temps de la narration, on l'emploie pour exprimer une suite d'actions.
ex : Ali Baba vit une troupe de cavaliers.
VALEURS DU PASSE SIMPLE ET DE L'IMPARFAIT


1. Le passé simple. C'est le temps de référence du récit au passé. Il cite, avec une rigueur un peu sèche, les actions dans la ponctualité quelle que soit leur durée.

2. L'imparfait. C'est un temps du passé qui présente l'action en train de se dérouler, dans sa durée (ex: Dans la rue, passaient les voitures).
On utilise aussi ce temps:
- pour les descriptions (ex: Le chemin était étroit et sinueux),
- pour les événements qui se répétent (ex: Elle partait vers huit heures le matin)
- pour exprimer certaines valeurs circonstancielles (ex: la cause: Elle frissona, éternua, elle était transie).

REMARQUES: Employé avec l'imparfait, le passé simple peut exprimer une action soudaine.
L'imparfait est un temps d'arrière plan.

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://ucam.discutforum.com

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى